logo


Vous êtes ici : Les Métiers du Dessin » portfolio » Cédric Peyravernay, Character Designer
Poste actuel:Cédric Peyravernay, Character Designer sur Dishonored
Date:décembre 10, 2012

Cédric Peyravernay, Character Designer

Le Character Design : Dessiner des personnages pour le jeu vidéo 

Le jeu Dishonored est LA surprise de la fin d’année 2012. De très nombreuses fois acclamé par la presse et primé (Meilleur jeu Vidéo d’aventure / action aux Video Games Awards..), ce jeu, réalisé en grande partie à Lyon, remet en bonne place une industrie rhônalpine qui le mérite ! C’est grâce aux talents des artistes travaillant chez Arkane Studios, dont la plus grande part sont issus de l’école Emile Cohl, que le jeu propose une direction artistique qui fait l’unanimité auprès des joueurs et de la presse spécialisée. Aux côtés des Directeurs Artistiques (dont Sebastien Mitton, ancien étudiant cohlien), Cédric Peyravernay a travaillé dès la genèse du projet sur le design des personnages. 3 ans de dessin et de peintures pour ce professeur d’anatomie de l’école Emile Cohl, qui a su donner à chaque figurant du jeu une personnalité forte et unique.

Entretien avec Cédric, Character Designer et professeur d’anatomie.

Aymeric HN.

Le Métier

Bonjour Cédric, tu as participé à l’aventure Dishonored notamment pour le Character Design, peux-tu nous dire ce qu’est ce métier ?

Le métier consiste à créer des personnages avec une forte identité visuelle pour un univers donné et à leur donner vie par le biais de l’image.

Je le comparerais avec un énorme casting, le but étant de trouver les acteurs qui vont porter l’histoire. Pour un jeu vidéo, comme pour un film, le casting est très important, il peut servir ou desservir l’histoire.
L’important est de donner une personnalité, du caractère, aux personnages afin de les rendre pertinents et qu’ils s’intègrent parfaitement à l’ambiance du projet. Cela passe par la morphologie, les vêtements, etc….

Avec le directeur artistique nous testons  les solutions, les possibilités qui font que l’on « s’attache » ou pas à un personnage.

Je considère que le character design reste un maillon dans la création d’un jeu vidéo et qu’il s’agit d’un boulot à part entière. Il est excitant ensuite de voir son personnage prendre vie et bouger dans un environnement, quelqu’il soit.

 

Les études et formations

Peux-tu nous parler un peu de toi, ta formation, ton parcours professionnel ?

Dès le collège et même avant, le dessin était un truc vital pour moi. Pendant que mes potes jouaient au foot moi je passais mes soirées à expérimenter et à m’inventer des personnages et des histoires en écoutant du Fugazi (que j’écoute toujours!)

Emile Cohl a donc été pour moi une bénédiction, « bouffer » du dessin 24h sur 24h m’a permis de me construire et a été salvateur. Sorti en 1999,  j’ai rapidement été embauché dans le jeu vidéo, et j’ai donc dû faire mes preuves, devenir un professionnel,  me former  aux logiciels et découvrir la vie en entreprise. J’ai toujours eu la chance de bosser avec des gars « extra ».

Mon expérience de salarié du jeu video m’a permis de découvrir les impératifs du métier : respecter des contraintes graphiques, des contraintes de délai et répondre aux attentes des clients.

Et puis en 2008, j’ai eu envie de  passer en Free-lance  et de découvrir le job sous un autre angle. J’ai donc démissionné de mon poste toujours dans le jeu vidéo pour essayer de retrouver le gars qui s’inventait des personnages en coin de page. Le statut est diffèrent bien sûr, il t’oblige à te surpasser car étant ton propre patron tu dois penser à tous les aspects du job (dessiner, mais aussi gérer l’administratif) et être irréprochable dans ton « taf », qui devient ta carte de visite et dont ton salaire dépend.

Je travaille avec des éditeurs et également des entreprises comme Arkane studio avec un grand plaisir. Mais il reste malgré tout assez difficile de concilier plusieurs choses en même temps c’est ce qui explique certains abandons ou retard sur des projets.

Revenir au début de l’entretien

 

Quelles sont les principales qualités à avoir pour faire du Character Design ?

Déjà, il faut avoir une solide base en dessin et ensuite être capable de répondre à une direction artistique. Il faut savoir s’adapter à un univers quel qu’il soit et donc être parfois capable de faire des concessions, de se remettre en question et reconsidérer certaines choses qui parfois nous semblent évidentes à nous, mais pas forcément aux autres.

Ensuite, il faut apporter une valeur ajoutée et proposer des directions différentes pour explorer un maximum de pistes car au départ on part parfois de rien et on doit concrétiser les choses. Une bonne base en dessin peut justement aider à ce genre d’exercice.

 

Tu es indépendant et pourtant tu travailles avec des studios comme Arkane, comment cela se passe- t-il au quotidien ? 

Cela se passe plutôt bien. Cela fait maintenant plus de 3 ans que je travaille avec Arkane. Du coup on arrive à se comprendre plus facilement, une confiance s’est installée et nous échangeons nos idées, moi par mes propositions eux en me donnant les intentions de chaque personnage  et les directions qui peuvent à tout moment changer. L’échange se fait souvent par des réunions ou nous nous retrouvons pour discuter des personnages, de leurs rôles dans l’histoire ainsi que de leurs profils psychologiques. Cela est très important pour ne pas être hors sujet puisqu’ensuite je travaille de mon côté dans mon atelier. Et j’essaye d’insuffler de la vie dans mes concepts et de rendre tout ceci crédible. Je donne des news régulières à l’équipe d’Arkane sur l’avancement des personnages.

 

Concernant Dishonored, tu as fait des peintures pour le jeu, ce n’est pas un peu « curieux » de s’éloigner de l’outil informatique quand on fait un jeu vidéo ?

Enfin tout ceci reste numérique bien sûr, je considère l’ordi comme un medium à part entière. Mon approche reste la même qu’avec de l’huile ou de l’acrylique. Il faut l’utiliser avec intelligence et ne pas tomber dans les effets. L’outil informatique permet je pense d’être  réactif, de pouvoir mieux s’adapter  à des contraintes d’entreprise et de ne pas toujours  tomber dans le coté élitiste de l’art.

Revenir au début de l’entretien

 

Les emplois

Comment vis-tu de ce métier  ?

Bien au global ; que tu sois en free lance ou salarié, car le job peut aussi se faire en CDI en entreprise.

Après je conseille quand même d’avoir une expérience et/ou une certaine  culture graphique  avant d’attaquer le Job de Character designer. Mes expériences précédentes m’ont « forgé » et m’ont permis d’avoir des choses à raconter à travers les personnages que je créés. Le fait d’avoir en parallèle mon activité de professeur et de pouvoir apprendre tous les jours au contact de mes élèves est vital et me permet de ne pas tomber dans une sclérose de l’esprit. Je peux ainsi totalement m’épanouir dans cette double activité.